Le terrorisme en 2015

Copyright by Elead 05 07 2015

Le début de l’année 2015 a été marqué par la multiplication d’actes terroristes particulièrement violents dans la mesure où ils ont frappé de manière meurtrière des cibles symboles de liberté ,de tourisme ou de culture. L’attentat contre Charlie Hebdo en France, l’attaque contre une université au Kenya, la tuerie du musée du Bardo à Tunis celle de  plage de Port El Kantaoui  pres de Sousse  marquent ainsi une nouvelle phase dans l’évolution du terrorisme.

Attentat de CHARLIE HEBDO

Perpétré le 7 janvier 2015 par deux islamistes français connus des services de renseignement, les frères Kouachi, l’attentat de Charlie Hebdo a profondément frappé l’opinion publique française.

Armés de Kalachnikov, les deux terroristes sont rentrés dans les locaux de Charlie Hebdo, ont gagné la conférence de rédaction et tiré sur les personnes présentes laissant un solde de onze morts dont les caricaturistes Cabu, Wolinski et Charb. Après une chasse policière, les frères Kouachi ont été abattus dans un affrontement avec le GIGN.

Simultanément, un troisième terroriste, Amedy Coulibaly a tué une policière puis réalisé une prise d’otages dans un supermarché casher de la porte de Vincennes, causant quatre victimes, toutes juives.

je suis charlie manif

 

Les attentats de Charlie Hebdo ont suscité une immense vague de solidarité et de protestations avec la duplication du slogan « Je suis Charlie ». Une manifestation gigantesque a eu lieu le 11 janvier tandis que de nombreux actes officiels étaient menés et que les députés entonnaient la Marseillaise au Parlement. Si la liberté de la presse a été partout hautement réaffirmée, le débat ne s’est pas pourtant complétement clos sur les limites de cette dernière et sur la légitimité des caricatures de Mahomet. Un ouvrage récent d’Emmanuel Todd a soulevé une polémique assez vive dans la mesure où l’auteur conteste la vision d’une réaction d’unité nationale solidaire et républicaine face à l’attentat. En analysant les taux de manifestations dans les villes françaises, l’auteur a cru pouvoir conclure à la montée d’un sentiment anti musulman porté par les classes moyennes, les personnes âgées et les catholiques.

Attentat du Bardo et attentat de Sousse

Le 18 mars 2015 des terroristes ont attaqué le musée du Bardo à Tunis, tirant sur les touristes présents  réalisant une prise d’otage suivie d’un assaut des forces de l’ordre tunisiennes.  L’attentat, dans lequel ont péri les deux terroristes, a laissé un solde de 24 morts, en majorité des touristes, et a été revendiqué par DAESH. Cet attentat, dans un régime récemment démocratisé et semblant avoir trouvé la voie de l’équilibre politique a soulevé une vague de solidarité internationale mais a immédiatement fait chuter de moitié la fréquentation touristique du pays.

attentat bardo

Le 26 juin 2015 la Tunisie a été frappe par un second attentat majeur, revendiqué par Daesh. Un jeune terroriste tunisien, arrivé avec l’apparence d’un vacancier , a attaqué à la mitraillette  et à la grenade les touristes sur la plage d’un grand hôtel international, avant d’être abattu. L’attentat qui a eu lieu à Port El Kantaoui, grande station balnéaire à proximité de Sousse a laissé près de 39 morts. Il a porté un coup profond au tourisme, suscitant une vague générale d’annulation des séjours en Tunisie.

Attentat de l’Université de Garissa

Le 2 avril 2015 quatre islamistes somaliens appartenant au mouvement terroriste shebab ont fait irruption à l’université de Garissa à l’Est du Kenya, ont tiré sur les étudiants puis exécuté des otages. L’opération a pris fin avec l’assaut de la police et de l’armée kenyane et l’élimination des terroristes. L’attentat a laissé 147 morts.

Les shebabs somalien avaient déjà perpétré deux ans plus tôt un attentat du même type dans un centre commercial de Nairobi.

 

Ces attentats traduisent une évolution du terrorisme. Apres les attentats à la bombe contre les avions des années 70 et les attaques ciblées de voiture piégées contre des ambassades ou des casernes militaires des années 1990, le Word Trade Center avait marqué une nouvelle étape qui semble se poursuivre jusqu’aujourd’hui : le temps des attentats islamistes visant prioritairement des civils innocents mais identifiés comme représentatifs de l’ennemi occidental. Depuis 2001, ce type d’attentat semble récurrent, mais il met désormais de plus en plus en scène des individus ou des petits commandos attaquant soudainement des civils à la mitraillette avant d’être interceptés puis éliminés par les forces spéciales antiterroristes.      Les terroristes semblent, dans leur pays, issus de minorités défavorisées et marginalisées pour être ensuite progressivement récupérés par les mouvements djihadistes et brièvement entraînés dans des camps. Ils semblent aussi dûment fichés par les services de renseignement avec lesquels ils maintiennent des liens ambigus.

LE TERRORISME 10 dates clefs
1998 Oussama Ben Laden crée le mouvement d’Al-Qaida
1998 Attentats d’Al Qasida a la voiture piégée contre les ambassades américaines de Nairobi et de Daar es Salam
1999 Septembre : à Moscou, une série d’attentats à la bombe fait plus de 200 victimes.
2001 Attentat du World Trade Center
2002 130 morts à Moscou dans la prise d’otage d’un théâtre par un commando tchétchène
2004 Attentats dans les trains de Madrid perpétrés par des islamistes : 200 morts
2005 Attentats à la station balnéaire égyptienne de Charm El Cheik, 90 morts
2007 Attentats suicides les plus meurtriers de la guerre d’Irak 800 morts
2012 Tueries (7 morts) perpétrées par Mohamed Mera à Toulouse et Montauban
2015 Attentats en France (Charlie Hebdo) en Tunisie (musée du Bardo et Sousse) et au  Kenya (université de Garissa)

L’apparition de DAESH, sans changer complètement la donne du terrorisme, a probablement joué un rôle accélérateur en intensifiant l’audience des djihadistes et en suscitant une véritable surenchère dans les mouvances radicales affiliées ou susceptibles d’affiliation.

Cette évolution du terrorisme va de pair avec une instrumentalisation croissante des medias qui donnent toute leur résonance à ces actes. Simultanément s’amplifient des réactions de solidarité coordonnées et encadrées par les gouvernements, poursuivant eux -mêmes des objectifs d’union  nationale. Enfin nos sociétés avancent vers l’adoption d’un arsenal de mesures de surveillance et de contrôle qui affirment arbitrer pour la sécurité au détriment des  libertés.

 

Le dessin humoristique

dessin humoristique terrorisme

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...