LES FORMATIONS DU SOCIAL

Il existe 11 diplômes d’état du social – hors diplômes d’encadrement -, préparés dans près de 300 établissements publics ou privés, dont des CFA (centres de formation d’apprentis). Selon les cas, ces formations de 1 à 3 ans sont accessibles sans le bac, avec le bac ou un bac + 2. Certaines exigent un âge minimum. Toutes sont soumises à concours. Les formations de moniteur-éducateur et surtout d’éducateur de jeunes enfants et d’éducateur spécialisé sont les plus sélectives. 

Des inscriptions dès septembre. Les écoles du social n’adhèrent pas au dispositif Admission post-bac. Pour postuler, il faut souvent avoir pris sa décision plus de 1 an à l’avance. Pour les dépôts de candidature, il est recommandé de s’inscrire au concours au début de l’année scolaire qui précède. Autrement dit, on remplit et on pense à renvoyer son dossier d’inscription au concours dès le 1er trimestre de la terminale (de septembre à novembre). Le concours écrit a souvent lieu d’octobre à mars, selon les écoles et les épreuves orales (si admissible) de décembre à mai. Renseignez-vous dès début septembre pour ne pas être pris au dépourvu.

Chaque école définit son recrutement : épreuves, dossier, tests, entretien… Toutes cherchent à évaluer le niveau en français, la culture générale, les capacités d’analyse et de synthèse, la solidité psychologique et la motivation. L’objectif principal de ces épreuves écrites et entretiens est d’évaluer si les candidats ont une idée claire du métier auquel ils se destinent. Les exigences accrues de ces professions incitent les établissements à privilégier les profils ayant une expérience du terrain (bénévolat, animation…).

 

 

 

Vous aimerez aussi...